• Bora Vocal
  • -
  • Rone
00:00 / 00:00

July 5, 2019

February 2, 2019

February 15, 2018

January 13, 2018

Please reload

Posts Récents

"Maintenant je peux vous regarder en paix, je ne vous mange plus."

July 4, 2017

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

Nandanam Lovers

 

Dans ce monde où les fous semblent avoir pris le contrôle de l’asile, l’amour persiste et signe. La chose est partout. En nous, en vous. En lui. Suffit d’écouter. Suffit de laisser parler le directeur du restaurant indien Nandanam à Lausanne, Pradeep Chandran.

 

L’homme passe de table en table pour s’enquérir du niveau de satisfaction de ses clients. « Tout se passe bien messieurs, dames ? ». Les messieurs dames sont ravis. Dans les jardins de Krishna, les helvètes se pourlèchent – 13 points au Gault & Millau s’il-vous-plait. On caresse la sculpture à tête de vache de Zaric. On s’appelle « my friend » en cuisine. On m’offre un thé au jasmin, le sourire du patron en prime. Et le sourire de Pradeep, c’est un peu comme une main qui se pose sur votre épaule, une voix qui vous dit doucement « la vie est belle, mon ami(e)».

 

La vie du restaurateur, aujourd’hui âgé de 52 ans, ne fleurait pourtant pas bon le destin Bollywoodien. Quoi que …

 

Pradeep Chandran grandit au sein d’une famille modeste dans le Sud de l’Inde. Il est l’ainé de sa fratrie. À 13 ans, il travaille après l’école pour subvenir aux besoins des siens. Son oncle lui donne quelques roupies pour faire la plonge dans son bistrot. Le quotidien est rude mais le garçon apprend vite. Pradeep observe. Pradeep grandit. Assimile les bonnes recettes pour faire tourner un commerce. Son oncle, engagé en politique sur la question sociale, lui montre l’importance de bien traiter ses employés, lui confie avec le temps plus de responsabilités. C’est décidé, un jour, Pradeep aura son restaurant à lu