C'est devant un aquarium que Franz Kafka a prononcé ces mots.

Je me suis souvent figurée cette scène. Les grands yeux noirs de l'homme malingre et génial cédant à l'émerveillement. Ce sentiment de pure exaltation dont l'exclusivité est généralement réservée au trouble royaume de l'enfance. Les poissons à l'oeil rond et leurs écailles luisantes dessinées à la perfection. Le ballet magique, incessant, des créatures sublimes et fragiles.

À cet instant, l'auteur de "La Métamorphose" se dit que la beauté existe et qu'il est criminel de la saccager en y plantant les crocs. Quelle étrangeté d'ailleurs, que ce changement d'état contemplatif à l'état carnassier !...

Please reload

Posts à l'affiche

"Maintenant je peux vous regarder en paix, je ne vous mange plus."

July 4, 2017

1/1
Please reload

Posts Récents
à lire également sur le site  https://www.bythelake.ch/

July 5, 2019

February 2, 2019

February 15, 2018

January 13, 2018

Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags